Association Qédéli ou le sourire d’une communauté


Le voyage, les rencontres d’Animateurs Sans Frontières m’ont emmené à Sinagi, petite ville au charme typique à l’est de la Géorgie aux portes d’un parc nationale et à la frontière de l’Azerbaïdjan.
Là, je rencontre Guirla, qui avec sa femme Lalli, se sont pris d’une cause à l’impact peu intéressant pour un pays : le sort des personnes. atteints de handicap mentaux, qui de sur  croit n’ont souvent plus de familles, en Géorgie :
où vivent ils ?
Dans quelles conditions ?
Comment sont ils accompagnées ?
Sont ils épanouies ?
L’association Qédeli répond à ces questions.

Lalli est une artiste (musicienne), Guirla lui est ingénieur en bâtiment, fin des années 90, ils se lancent dans un vaste projet : ouvrir une maison pour accueillir convenablement et dignement ce public. En 2000, et sans difficultés, comme vous pouvez vous en doutez, ils ouvrent une maison pour accueillir pour que 8 personnes atteints de handicap mentaux puissent vivre leurs vie dans un environnement harmonieux.
Grâce à des fondations Allemandes et à des aides (au lance pierre de leur pays), ils ouvrent une 2ème maison avec une capacité pour 13 résidents supplémentaires.
Depuis Lalli et Guirla se consacrent essentiellement à ce projets et à ces actions

Un lieu de vies mais pas que…
Cette vie en communauté impose des règles pour chaque résidents, chacun à un  rôle précis et des tâches à effectuer :

– à tour de rôle, ils font  le ménage
– certains s’occupe du jardin et de la cuisine
– certains s’occupent de faire cuire le pain
– certains font de la menuiserie (réparation de chaises et créations d’objets)
– certains sont à l’ateliers créatifs (fabrication de poupées, d’objets décoratifs)
– certains s’occupent d’une ferme dont le lait des 6 vaches permet d’avoir du fromage (la ferme n’a pas l’eau courante, il faut qu’ils l’amènent – 20 mn de brouette)

En plus de Lalli et Guirla qui coordonne le projet, 3 femmes vivent en permanence avec les résidents et 1  volontaire étranger y passent 1 an (à mon passage c’est Thérésa qui vient de Berlin).

Une combativité et des actions nouvelles :
Guirla me fait part de la difficulté de s’en sortir financièrement. Les fondations et le gouvernement ne suffisent pas. Leur volonté les on amener à multiplier leur source de revenus :
– vente des divers produits issus du travail des résidents de Qédéli
– Guirla et Lalli ont ont ouvert un café culturel
– Lalli a enregistré un album avec les résidents
tous les bénéfices de ces produits vont dans le budget de Qédéli et pour ses résidents.

La dernière action au profit des résidents est de créer un jardin thérapeutique. Grâce à une partie symbolisant l’air, une le feu et une l’eau, les résidents pourront se retrouver pleinement dans un espace propre à eux. Roland, Américo-Anglais, qui vit en Géorgie a décidé spontanément de créer ce jardin pour le confort des Résidents.

Malgré les difficultés de financement, l’association Qédéli souhaite ouvrir une 3éme maison.
Il n’existe que 2 associations de la sorte en Géorgie.
Guirla invite toute personne désireuse de venir les rencontrer, passer un moment avec eux et pourquoi pas les aider. De plus, l’endroit est magnifique, en montagne surplombant toute la plaine.
contact : sinagi@heim.ge
Guirla et Lalli parlent anglais.

note personnelle :
Le public de Qédéli ne m’est pas habituel, j’avais peur de cette confrontation, j’en suis reparti avec que des sourires de vies ! Vous verrez, ils sont attachants.
Guirla et Lalli, Thérésa, Roland et les autres : ne lâchez rien !

6 réponses à “Association Qédéli ou le sourire d’une communauté

  1. Quel courage et quelle volonté pour guirla, lalli et les autres de s’occuper et donner du temps à ces gens pas vraiment comme les autres. Ces rencontres doivent être très enrichissantes et intéressantes. Ce doit être super. Bonne route prend soin de toi.

    • François Maillet

      lecon de courage et de olidarite
      meme si le Georgien emble beaucoup deprime

      dur de rencontrer ces structures mais jy crois

      a tout

  2. Coucou mon petit François,
    Et toi, comment se passe ton anglais sans dictionnaire?
    hihi!!!
    bisous

    • François Maillet

      salut Tortue
      En Georgie ma foi pas trop mal mais en Azerbaidjan cest autre chose , tres dur de parler mais sinon mon amglais d2brouillard revient et me permet des journ2e a communiauer en Anglais

      et toi dans moins dun mois trop cool

      a bientot

  3. Bravo pour ta présentation de cette association!! C’est une très belle initiative, comme quoi , il ne faut pas oublier que l’homme peut beaucoup pour son prochain. Pour avoir travaillé avec des personnes atteintes de handicap mental, je comprends que tu aies pu avoir quelques appréhensions, on ne sait malheureusement pas comment se comporter face à ce handicap au début. Heureusement, ils nous montrent vite comment faire! Que de belles rencontres qui t’attendent le long de ton chemin… Tu auras de quoi écrire un livre!! Continue bien, bonne route mon Foué.. Bise! Ly

    • François Maillet

      salut Lydie
      merci de tes messages
      tu verrais en plus, on a parle aue anglais lol

      un livre, je pense pas
      mais en tout cas plein de photo et un peu de films

      a Baku je devrais rencontrer pas mal de structures aussi

      je pensais pas aue lAzerbaidjan serait plus dur pour commumiauer

      porte toi bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *